Aussi loin que remontent ses premiers souvenirs, Christophe CHALLUT se voit entouré de tableaux. C’est à sa mère, artiste peintre, qu’il doit cette immersion précoce dans le flot fascinant des images.
L’amour de la beauté et la passion de l’Orient, si chères aux romantiques, devaient durablement marquer son caractère.
Si la vie l’avait entraîné vers une autre voie – la coiffure, où il sut imposer d’éblouissants dons de styliste – Christophe n’a jamais cessé de côtoyer l’art pictural. Esthète et fin collectionneur, il a l’instinct et le regard du vrai professionnel.

Un beau jour, chez son encadreur Stéphane, il découvre l’univers de Jean ARCELIN. C’est pour lui une révélation, un second acte de naissance.
Sans même le connaître, il commande alors, singulièrement inspiré, deux toiles “orientales” à l’artiste. Homme des ciels limpides, le peintre voit tout un monde magique, insoupçonné s’ouvrir à l’horizon… L’Orient des Rois Mages, de l’Arabie Heureuse et des contes merveilleux surgit, comme par enchantement, sous les doigts de celui qu’il surnomme “le Yves-Saint-Laurent de la peinture”.

Pour l’ouverture de l’Art Gallery Sultan, qui sera entièrement consacrée à l’orientalisme, Christophe CHALLUT présente, pour la première fois, une sélection d’œuvres troublantes où le temps semble suspendu aux vagues figées du désert. Élégance, grâce et douceur habitent ces tableaux imprégnés de poésie et de clarté, ces nomades méditant à l’orée des grands sables, ces contrées minérales transfigurées par un soleil ardent.
Honfleur et sa radieuse lumière n’étaient-elles pas prédestinées à accueillir cette découverte ?
 


Christophe CHALLUT